26/11/2013

La victoire des automobilistes pourrait bien ne pas durer

 

 

Le triomphe des automobilistes était total ce dimanche. Le peuple ne se laissera pas ponctionner pour des financements routiers opaques. Surtout que la hausse de la vignette de 40 à 100 francs n’aurait pas permis de résorber l’engorgement de nos autoroutes aux heures de pointe. Les associations routières ont mis toutes leurs forces dans une bataille où ils avaient la supériorité des arguments. Sans parler de l’attachement viscéral des Suisses à la voiture ni de l’image – extrêmement claire – du billet de 100 francs qui allait manquer dans nos porte-monnaie chaque année. En face, le Conseil fédéral et les Cantons ont bien essayé de mettre en évidence les quelques projets concrets à réaliser. Il aurait fallu d’autres colifichets pour amadouer une population en colère.

 

La victoire d’un jour pourrait cependant ne pas durer. Le non tonitruant et massif des urnes ne dessine aucune solution concrète pour améliorer le réseau routier. Tous les projets de développement ou de contournement de villes se voient repoussés aux calendes grecques en attendant d’avoir trouvé des moyens pour les réaliser.

 

Les écologistes avancent une idée très simple pour sortir de l’ornière: relancer un projet de hausse de la vignette «plus modéré» à 70 ou à 80 francs, et revenir devant le Parlement - ou le peuple en cas de nouveau référendum. Les référendaires et le TCS proposent, quant à eux, d’attendre et de créer ce fameux fonds d’investissement routier pour y voir plus clair. La première proposition témoigne d’un optimisme inoxydable. Quant à la deuxième, elle remiserait tout financement au garage pour une longue période. Un fonds d’investissement permettra certes de réévaluer les dépenses et de tout remettre à plat (c’est ce que réclame la future initiative «Vaches à lait») mais le constat s’annonce implacable: il manque des milliards partout pour financer les projets de transports ces prochaines décennies.

Outre le risque de bloquer l’investissement routier, le scrutin d’hier pourrait aussi rallumer une querelle: celle de la route contre le rail. Les Suisses seront appelés à approuver le fonds ferroviaire (plus de 6   milliards) en février 2014. Si les vainqueurs d’hier s’avisaient de bloquer aussi ce financement, la crise des transports serait totale. Et la Suisse aurait perdu.

16:00 Publié dans Politique | Tags : votations, vignette | Lien permanent | Commentaires (0)