12/08/2014

Quand l'UDC dégaine plus vite que son ombre

Le parti de Christoph Blocher n’admet pas que le Parlement, le Conseil fédéral et les experts juristes tentent d’atténuer ou de freiner certaines initiatives. Ce matin à Berne, le tribun zurichois a présenté sa nouvelle initiative populaire intitulée «pour faire appliquer les décisions du peuple – le droit suisse prime sur le droit étranger.»

«Il faut en référer au peuple», estime le vice-président de l’UDC, car «nous avons tout entrepris par la voie parlementaire pour redresser le régime constitutionnel de notre pays. Ces efforts ont échoué au Parlement. Il faut donc passer par une initiative populaire.»

Détail piquant: la commission du Conseil national examinait trois interventions d’élus UDC sur le même sujet, au même moment et à quelques mètres de là. Les initiatives parlementaires de Heinz Brand, Gregor Rutz et Luzi Stamm réclament peu ou prou la même chose : «Il faut renégocier ou dénoncer les traités internationaux contraires à la Constitution ou à une loi fédérale.»

Affirmer que «ces efforts ont échoué au Parlement» avant même que la commission du premier Conseil ne prenne une décision, aurait pu paraître risqué. Mais Christoph Blocher n’avait pas vraiment besoin de boule de cristal pour anticiper : comme prévu, la commission du Conseil national a rejeté les trois initiatives parlementaires.
Le Parlement représente aussi le peuple, mais curieusement le leader charismatique de l’UDC n’a pas évoqué cet aspect ce matin.