19/06/2013

Les lois passent avant les intérêts

Pas touche à nos institutions! Le Conseil national a décidé hier de sonner le glas de la Lex USA en faisant un choix très clair: mieux vaut protéger l’ordre juridique suisse que les intérêts supposés des banques dans le collimateur de la justice américaine.

Pas question de forcer des élus à voter au pas de charge une loi opaque. Pas question de changer les règles du jeu pour permettre à certains banquiers tricheurs de marchander leurs condamnations. Pas question de faire subir à nos institutions l’infamie des fourches Caudines pour aider des établissements financiers qui auraient persisté dans la faute.

Ce sursaut du National, voté la main sur le cœur, répond certes à des calculs électoraux. Le PS ne cache pas sa satisfaction de désigner à la vindicte populaire des banquiers qui ne méritent pas le secours de l’Etat. L’UDC défend la patrie face aux puissances étrangères. Et le PLR peut montrer qu’il n’est plus le «parti des banques» – d’autant plus que les lobbies des avocats et des fiduciaires sont contre la loi.

Le camp du non a tranché avec des objectifs diamétralement opposés: les uns rêvent de transparence financière, les autres espèrent sauver les derniers lambeaux du secret bancaire. Qu’importe, pour paraphraser Napoléon, «la politique ne peut être morale mais elle doit faire triompher la morale». Le National a décidé de faire passer l’honneur des institutions avant la défense des intérêts privés d’une catégorie d’entreprises.

A part évoquer des milliards d’amendes et brandir le spectre de faillites bancaires, personne aux Chambres fédérales ne peut prédire les conséquences de ce refus. Pas plus que le Conseil fédéral ne s’est montré capable d’expliquer en quoi cette Lex USA était indispensable. Les réponses viendront ces prochains mois de Washington. En attendant, le parlement a voté sur le seul élément concret à sa disposition: le respect de nos lois. On ne peut pas l’en blâmer.